•  
  •  

Bonjour à tous !
J’avais envie de vous parler d’un concert-spectacle à l’affiche actuellement au Bilboquet à Fribourg, que je suis allé voir le vendredi 21 avril 2012. Si vous aimez la chanson française, vous ne serez pas déçu. Le groupe, le Quatuor Laqué, chantant a cappella durant tout le spectacle, interprète avec brio une vingtaine de chansons de Charles Trenet. Vous serez bluffé par la qualité vocale des quatre chanteurs, une maîtrise impeccable des quatre voix qui ne vous laissera pas indifférent. De plus, « Si vous pleurez… » est plus qu’un concert. C’est un véritable spectacle avec lumières, costumes et décors, sur une mise en scène de Jacques André Possa. C’est un véritable théâtre chanté et, contrairement à ce que pourrait présager le titre du spectacle, il est bourré d’humour et vous allez rire plus d’une fois je vous le promets. Alors si vous voulez passer un bon moment, le spectacle est à l’affiche du Bilboquet à Fribourg encore pour deux dates, les jeudi 26 avril 2012 et vendredi 27 avril 2012 (ouverture des portes à 19h30 et spectacle à 20h30). Vous pouvez réserver vos billets à l’Office du tourisme de la ville de Fribourg au 026/350 11 00.
Et, si vous ne pouvez pas vous libérer pour ces deux dates, le groupe présentera son spectacle sur sol vaudois à Payerne le 11 mai 2012 au Théâtre Hameau Z’Art à 20h30 !

Réservation auprès de l’Office du tourisme de Payerne-Estavayer-le-Lac au 026/660.61.61.

Bonne fin de journée à chacun et bonne semaine. Patrick

Commentaires : Patrick Waeber; Photos : Jean-Marc Cochet

Toujours aussi sublime, l’une des plus belle voix de la planète, j’ai nommé Céline Dion, a enflammé mercredi 9 juillet 2008 le Stade de Genève devant 20'000 spectateurs enthousiastes. Ce fut le 2ème concert suisse de la star, mais le tout premier et unique concert romand. 

Contrairement au show de Zürich, Céline Dion a fait la part belle aux chansons françaises dans un spectacle où tout était millimétré et aussi bref qu’intense !

De nouvelles chansons musclées, rocks, tirées de son dernier album «  Taking chances » ainsi que certains rocks français, ont agrémenté les première minutes de ce spectacle (plus que concert). Il faut dire que Céline Dion nous en a mis plein les yeux… Quelle prestance sur scène ! Généreuse, reconnaissante envers son public, elle m’a vraiment conquis. La voix de la diva est puissante, belle. Elle n’hésite pas à changer plusieurs fois de tenues afin de coloriser encore plus ses chansons… 

L’enthousiasme du public est là et il n’hésite pas, à plusieurs reprises, de quitter ses places assises afin de se rendre au-devant de la scène.

Céline interprète, dans des tenues magnifiques, à l’américaine, ses plus grands succès mais sait aussi jouer la carte de la sensibilité en interprétant les titres Ziggy de Michel Berger, mais aussi l’une des plus belles chansons d’amour qu’elle doit à Jean-Jacques Goldman S’il suffisait d’aimer… De la grande scène du stade de Genève, Céline Dion n’a nul peine à utiliser tout son espace. Elle est très à l’aise, dans des gestes sûres… On voit que la Show woman sait y faire ! Mais voilà qu’elle enchaîne sur un medley dédié à Freddie Mercury et le groupe Queen, et fait la part belle à James Brown dans une énergie incroyable. Elle fait même allusion à 1988, il y a vingt ans, lorsque la Suisse « lui a fait confiance » en l’invitant à chanter la chanson Ne partez pas sans moi. Céline avait alors remporté ce concours eurovision de la chanson, donnant ainsi à la Suisse sa 2ème victoire depuis la création de ce concours.

Après 80 minutes, les lumières s'éteignent déjà… Le premier rappel se fait entendre, et la chanteuse revient, plus resplendissante que jamais dans un nouveau costume et interprète River deep mountain high, chanson sur laquelle Céline fait tourner son pied de micro comme une majorette. Après que les lumières se soient éteintes, le deuxième rappel se fait retentir… Nous entendons alors une intro très connue, jouée à la flute, il s’agit de la chanson la plus populaire et la plus vendue de la chanteuse, je veux parler de My heart will go on tiré du film Titanic. Le public lui fait alors un triomphe. Pour terminer, Céline chantera Pour que tu m’aimes encore chanson incontournable de Jean-Jacques Goldman qui lui a valu de triompher en France puis en Europe. Après 1 heure 45, le concert se termine.

La tournée «Taking chances» de Céline Dion, commencée au mois de février en Afrique du Sud, se poursuivra dans 84 villes et 24 pays. En fonction des capacités des sites visités, Céline Dion propose trois spectacles différents.  

Pour cette soirée, les billets se sont vendus entre 130 et près de 400 francs. Céline Dion s'était produite le 24 juin à Zurich lors du premier de ses deux concerts sur sol suisse.

Commentaires : Patrick Waeber

Photos : Jean-Marc Cochet

Merci à Conradine Cattin pour m’avoir permi de vivre ce grand moment 

QUELQUES PHOTOS TIREES DE LA PRESSE :

C'est une Sheila très en beauté et très classe que nous avons retrouvé pour ce concert à l'Olympia ce 21 septembre 2007. Une Sheila très en forme puisque durant plus de 2 heures Sheila va nous présenter son répertoire. Ce spectacle faisait suite au succès rencontrés lors de ses représentations au Cabaret Sauvage à Paris en décembre dernier. Il ouvre également une tournée dans toute la France qui débutera le 20 octobre prochain à Mons en Baroeul (59) et passera par Bordeaux, Toulouse, Lyon, Aix les Bains etc... et se terminera vraisemblablement par une nouvelle date à l'Olympia le 4 mars 2008. Entrée différente pour cet Olympia, toute de noir vêtue, très classieuse, un chignon qui lui va à merveille, elle entonne la superbe chanson Sur un fil, écrite par les frères Martin. Elle entre en scène de gauche à droite et s'arrête au centre de la scène.On sent l'émotion dans la voix de Sheila lors de cette entrée. Elle entonne la chanson avec un petit filet de voix chancelant et laisse transparaître dans cette voix, l'extrême émotion qui l'anime. Trinidad, chanson écrite par Henri Salvador. Suivent des chansons accoustiques magnifiques qui donnent des frissons tellement elles sont bien interprêtées telles que : Laisse-toi rêver; la plus belle à mon goût de ce spectacle accoustique, j'ai nommé C'est écrit. C'est à tomber par terre lorsqu'elle entonne le refrain avec ses musiciens : Je partirai sans gloire peut-être, un peu comme se meurt l’été, je partirai pour mieux renaître, car j’en suis sure je reviendrai, c’est écrit... superbe chanson écrite par Alice Donna. Elle reprend pour ce concert une chanson qui ne figurait pas au répertoire du Cabaret Sauvage: L'Ecuyère; le magnifique Je serai toujours là que vous pourrez voir dans le reportage que lui a consacré France 3 (cliquez) en lien ci-dessous. On ne sait pas s'aimer. Toutes des chansons écrites par les frères Martin et Alain Dubar. La nouvelle chanson que lui a écrite Clarika: Dans le regard des filles, magnifique. Sheila entonne également avec assurance et une voix bien posée la superbe chanson L'amour pour seule prière, chanson écrite par Laurent Marimbert qui est sans aucun doute la chanson la plus tendre de Sheila. Elle est à la fois magnifique en version studio et éblouissante en version live avec une voix toute en force et en justesse. En acoustique toujours la reprise des Rois mages, vraiment très réussie; L'amour qui brûle en moi etc... Elle nous emporte ensuite dans un meddley des années 70 avec les musiques d'époque de Patrick, je t'aime à un Prince en exil avec une fraîcheur et un enthousiasme communicateur. La salle est emportée par ces mélodies si connues, qui nous replongent quelques années en arrière. Chorégraphies, superbes voix que celle de Sheila et des choristes qui l'accompagnaient. Nouveauté: au fond de la scène, un film passe. Ce sont les images du Cabaret Sauvage qui feront l'objet d'un DVD début 2008 selon information de la chanteuse et également quelques prises de vue dans un champs de blé avec toute l'équipe qui font les clowns. Regard sur le passé avec beaucoup d'humour. Du pur bonheur. Reprise d'une autre chanson improbable des années 70 : La voiture. Ensuite, viennent les chansons anglaises, et là,  l'Olympia se transforme en grande discothèque avec les chansons No no no no, l'incontournable Spacer, Move it, Sunshine week-end. Nouveauté aussi pour ce spectacle, la chanson Dense très bien orchestrée et interprêtée. Magnifique. A la fin de la chanson, on entend "Relax, take it easy" en clin d'oeil certainement au tube de cet été, chanson dans laquelle nous pouvons reconnaître sans problème les notes de Spacer. Sheila reviendra à quatre reprises avec les rappels et chantera encore Dense et un autre titre anglais en rappel. Moments d'émotion (pw).

Cliquez sur le logo pour voir le reportage sur Sheila.

Dans l'entrée de la salle avec Conradine, Bernard et Denis.

J'y était le 19 décembre 2006 avec un ami et j'ai véritablement beaucoup aimé le spectacle. j'étais assis à côté de Gérard Lenorman qui était véritablement ravi du spectacle et très attentif à l'harmonie des voix et le son des guitares. Introduction du spectacle avec une nouvelle chanson de Clarika Donne-moi ta main. Ensuite vont se succéder les chansons du répertoire de Sheila avec des arrangements extraordinaires. Tant et si bien que l'on ne sait pas ce que va être la prochaine chanson. Moi qui suis sensible à la bonne musique, je vais être ravi. Une voix toute en assurance et en force. A 60 ans, Sheila n'a rien perdu de sa superbe, tant en voix qu'en physique. Joliment habillée et coiffée, elle rencontre le public avec une joie non dissimulée. Et des suprises, il y en a eu beaucoup ce soir de première ! Je m'attendais à un joli spectacle (ballades etc...) mais ce fut encore plus beau que je ne le pensais... Parmi ces fameuses surprises, l'un des inédits de l'intégrale : Je serai toujours là. Mais aussi la première version de Okinawa : On ne sait pas s'aimer. Mais aussi Sous le regard des filles, autre chanson de Clarika. J'ai été emporté également par cette merveilleuse vague "nostalgie" que Sheila a traversé avec beaucoup d'humour et d'enthousiasme en interprêtant ses tubes des années 70 : Patrick mon chéri; Un prince en exil, Personne d'autre que toi entre autres, mais aussi Les gondoles à Venise, les superbes chansons L'amour qui brûle en moi et Laisse-toi rêver avec deux ou trois mots différents; mais aussi la superbe reprise de Spacer qui n'avait rien à envier aux nouveautés actuelles des discothèques; les no no no no, Misery, Sunshine week-end et j'en passe... Egalement la chanson La voiture. J'en suis encore à rêver tellement j'ai aimé ce spectacle qui aura marqué les 44 ans de carrière de Sheila et 44 ans d'amour avec son public. Un grand moment. Merci Sheila. (Paris le 19 décembre 2006 - Patrick Waeber).

Sheila au Cabaret Sauvage du 19 au 28 décembre 2006