•  
  •  

Sheila s'attaque pour son retour à la scène à la plus grande salle de spectacle de Paris. Johnny Hallyday, France Gall, Téléphone et Catherine Lara vont précéder sa prestation. Le retour de Sheila sur scène au Zénith se présente comme un quitte ou double pour l'artiste et se pointe comme l'événement musical de l'année 1985 ! Voici en quelques lignes l'histoire de cette salle de spectacle que j'ai repris de la toile (les liens références son soulignés)

1 – Historique

En 1981, le ministère de la Culture ouvre ses portes au rock et,  plus largement, aux musiques populaires. La politique du ministère, en liaison avec la profession et les artistes, vise, alors, à faire connaître la richesse des musiques d’aujourd’hui.
Le ZENITH a jaillit d’une idée, évidente, comme toutes les bonnes idées : concevoir une salle spécialement adaptée pour ces types de musiques. Elle se concrétise avec deux architectes, Philippe CHAIX et Jean Paul MOREL, qui, avec des professionnels du spectacle, Daniel COLLING et Daniel KERAVEC, inventent le concept du ZENITH.

Le public ne s’y trompe pas : il en fait aussitôt le lieu incontournable de ces musiques puisque, conçu au départ comme prototype temporaire, le ZENITH de Paris, situé sur le Parc de la Villette, 17 ans après est toujours aussi vivace qu’au premier jour de sont lancement.
D’autres ZENITH ( bientôt 10 ) ont vu depuis le jour en région : Montpellier, Nancy, Pau, Toulon, Caen, Lille, Orléans et Toulouse.

2 – Le concept ZENITH : les raisons du succès

C’est avant tout parce que le concept du ZENITH est simple et qu’il répond à de vrais besoins que son succès a été immédiat.
Musique populaire ne rime pas forcément avec précaire et éphémère. Il faut satisfaire le public qui veut et, c’est normal, bien voir, bien entendre, être bien assis et bien accueilli, et tenir compte de la profession : les spectacles sont de plus en plus sophistiqués, mais aussi très différents les uns des autres ; les goûts du public évoluent rapidement. Il ne faut pas figer les salles par des équipements scéniques fixes trop lourds. Le rapport scène-salle, la qualité acoustique, la circulation d’un très grand nombre de spectateurs doivent se traduire par des options particulières. Une réflexion menée avec la profession, des accords passés avec les concepteurs du ZENITH de Paris ont ainsi permis de définir les critères qui garantissent une réalisation fonctionnelle au plus près de la demande des artistes et du public : ces critères font l’objet d’un cahier des charges unique en son genre.

3 – Le cahier des charges

. Qu’est-ce qu’un ZENITH?

Le nom « Zénith » est une marque déposée, dont l’usage est contrôlé par la Société COKER qui programme la salle de la Villette, et par le ministère de la Culture.
L’utilisation du nom Zénith est soumise au respect d’un cahier des charges qui garantit les conditions optimales de réalisation et de gestion de la salle.

. Qu’est-ce que le cahier des charges Zénith?

C’est le document établi conjointement par la profession et le ministère de la Culture afin de servir de guide aux collectivités désireuses de construire une salle. Il fournit des indications très précises concernant la conception de la salle et de son mode de gestion. L’utilisation du nom »Zénith » et l’attribution d’une subvention par le ministère de la Culture ne peuvent intervenir qu’après la signature d’une convention entre l’état et la collectivité, par laquelle celle-ci s’engage à respecter le cahier des charges.

. Quelle est la capacité d’un Zénith?

Le concept Zénith suppose une salle d’au moins 3 000 places. La capacité optimale est évaluée par une étude de marché spécifique à chaque ville.
Les salles sont modulables : pour certains spectacles, le public peut être en partie debout, en partie assis. Dans tous les cas, on peut réduire la jauge. Le Zénith le plus grand est aujourd’hui celui de Toulouse avec 9 000 places.

. Quel le est le rôle du ministère de la Culture?

Il est double : le ministère intervient, le plus tôt possible, à titre de conseil : ses architectes et ses chargés de mission sont à la disposition des collectivités pour le suivi des projets. Mais il peut aussi, sous certaines conditions, accorder des subventions : celles-ci atteignent 20% du coût d’objectif hors taxes. Il n’intervient pas, en revanche, sur le fonctionnement ultérieur de la salle.

. Combien coûte son exploitation?

Les dépenses d’exploitation sont réduites au minimum : le cahier des charges indique clairement le mode d’exploitation le plus favorable à la meilleure gestion. La société n’est jamais productrice de spectacles : elle conserve ainsi une totale indépendance, ce qui garantir le pluralisme de ses choix artistiques, et elle ne prend pas de risques financiers, puisqu’elle limite son activité à la location de la salle.

. Quel est l’impact sur le public?

Le Zénith attire le public, mais aussi les producteurs. Les publics se sont diversifiés : les jeunes, certes, restent majoritaires, mais ils ne sont pas les seuls.
Par ailleurs, il est certain que le Zénith a un effet positif sur l’ensemble de l’activité musicale de la ville et sur son rayonnement culturel en général.


Le Zénith de Paris

Il y a quelques années, un avion hissé au sommet de l'ancien monte-fourrage des abattoirs de la Villette signalait de loin le Zénith. Cette tour n'existe plus, mais l'avion est resté. Fiché au sommet d'une folie de Bernard TSCHUMI qui abrite la billetterie, il est le logo du Zénith invitation au voyage et à la légèreté.

Sheila au Zénith

Sheila au Zénith

Le Zénith accueille Sheila du 22 février au 17 mars 1985 !

Le Zénith

Le Zénith tel qu'il était en février 1985

Le Zénith, tel qu'il est aujourd'hui.

Le Zénith de Paris

Le Zénith vu du ciel

L'entrée du Zénith actuelle

Le Zénith de Paris

Le Zénith de Paris

Le Zénith de Paris

Le Zénith, une sorte de grande soufflerie !

La capacité du Zénith

La capacité du Zénith de Paris ( 5'000 à 6'500 places)

Un concert au Zénith de Paris