•  
  •  

Alors Patrick,
Cela fait exactement 1 an que ton site a été créé, quel en est le bilan ?

Le bilan est  positif de toute manière. Avoir un site sur lequel on peut s’exprimer, partager des idées, parler de ses passions, c’est quelque chose de fantastique.


Pourquoi avoir créé un site internet ?

 

Tout d’abord dans un but promotionnel pour l’album qui doit sortir cette année. Il est important d’avoir un support lorsque l’on sort un disque, et surtout en Suisse, car il n’est pas toujours très facile d’être soutenu artistiquement parlant. Ensuite, il n’y a pas beaucoup de moyens en Suisse pour promouvoir un disque. J’ai déjà conversé avec plusieurs artistes suisses sur le sujet. Il est très difficile de toucher les médias et, de par ce fait, le public. Il y a des quantités d’artistes qui existent et qui sont merveilleux mais que personne ne connaît parce que l’on ne parle pas d’eux dans les médias. Mais, lorsque vous allez écouter l’un de ces artistes par hasard lors de l’un de ses concerts, vous vous dites : « mais pourquoi je n’ai jamais entendu parlé de cet artiste ?». Avoir une adresse internet permet de mieux vous faire connaître du public, montrer ce que vous avez au fond de votre cœur. Un support internet permettra également aux journalistes éventuels de trouver des photos et suffisamment de matériel afin de parler de votre production, sans qu’il ait à se déplacer forcément (rires). Mais de toute manière, ce qui m’importe le plus, c’est d’utiliser le don que j’ai reçu, c’est-à-dire la voix. En plus de la voix, il y a ce petit quelque chose que je n’explique pas qui me fait vibrer et qui fait vibrer certaines personnes qui m’écoutent. Et ça, c’est la plus belle chose qui puisse arriver à un artiste. C’est que ce qu’il a au plus profond de lui soit communiqué. Que ce « trésor » que vous donnez, soit reçu également comme un « trésor » par celui qui vous écoute. Je ne sais pas si vous arrivez à saisir ce que je veux dire par là, mais souvent l’émotion que je vis lors d’un concert est si profond, qu’il n’y a pas de mots pour l’expliquer. 

Mais mon site internet n’existe pas uniquement pour la sortie d’un disque. C’est une suite logique de ce qui me tient depuis toujours à cœur. Lorsque j’effectuais ma scolarité obligatoire, j’avais créé un journal qui portait le nom de « SPACER NEW-ERA ». Il était mensuel et parlait de chansons, de cinéma, d’actualité, de science. On pouvait découvrir en couverture de ce dernier régulièrement des camarades du CO (cycle d’orientation) de la ville où je me trouvais, mais aussi des photos et interviews de plusieurs artistes, sportifs que j’avais le privilège de rencontrer. J’avais entre 13 et 17 ans. Si cela vous intéresse, je vous donnerai quelques couvertures de ce journal que je distribuais à l’école mais aussi aux connaissances et amis qui appréciaient vraiment de le lire. Je créais ce journal de A à Z. Mais pour l’assemblage, j’engageais ma petite amie et mes amis de l’époque afin de regrouper les photocopies qui allaient devenir le nouveau numéro du titre. Je crois qu’en tout j’en ai fait une vingtaine. J’ai des amis de l’époque qui me disent encore aujourd’hui : « j’ai gardé tous les numéros »…Ca me fait plaisir. Malheureusement, je crois qu’il ne m’en reste plus que quelques uns en ce qui me concerne….


Tu étais donc attiré par les médias ?

 

Lorsque j’avais huit ans, je voulais devenir cuisinier.  Mais très vite, je me suis intéressé aux médias en général et l’idée d’être journaliste m’a traversé l’esprit. Ensuite, l’animation télévisuelle ou radiophonique m’intéressait vivement. Je présentais avec des cartes et du sable la météo… (rires)…lorsque j’avais 12 ans. Plus tard, alors que j’avais 31 ans, j’ai failli réaliser mon rêve lorsqu’un jour on ma proposé d’animer une émission musicale sur une radio genevoise, mais, par manque de disponibilité, et ne voulant pas prendre du temps sur celui consacré à mes enfants, j’ai renoncé au projet. Mais j’aimerais beaucoup présenter une émission télévisée ou radiophonique, car j’aime beaucoup les médias et je crois que j’ai cela au fond de moi. Par exemple, pour vous révéler un truc personnel qui doit rester entre nous ; à 15 ans, dans ma chambre, j’animais une émission musicale pour moi tout seul qui s’intitulait « ISLAND » une sorte de hit-parade que je commentais. Je faisais un classement des disques (nombreux) que je possédais des chansons de l’époque et, influencé par l’émission TOP 50 qui passait en outre sur Europe 1 et sa revue du même nom que j’achetais chaque semaine, j’y ajoutais mon grain de sel en fonction de mes goûts personnels. Je parlais, avant d’écouter le 45 tours, des auteurs et compositeurs de la chanson mais aussi, lorsque je la connaissais, de la biographie de l’artiste (rires)… J’ai passé des heures ainsi dans ma chambre à écouter mes disques et à commenter ces moments musicaux alors que personne ne m’entendait (rires).  Et je parlais des modifications du classement face à la semaine précédente, des progressions du classements, des entrées, des sorties et je tapais sur une vielle machine à écrire le nouveau classement. Je le modifiais en fonction des nouveautés et préférences de la semaine afin de présenter un tout nouveau classement le samedi suivant…

 

Parle-nous un peu de ton disque qui est prévu pour septembre prochain.

 

Le disque, qui devrait porter le titre « Les yeux du cœur » était déjà prévu initialement pour septembre 2005. Pour x raisons dont je ne désire pas parler ici, sur les conseils de professionnels et de Claude Gay, j’ai dû stopper le travail débuté. Claude a alors commencé ses investigations afin de trouver le studio susceptible de nous aider dans notre projet. Nous avons eu plusieurs contacts dans la région de Genève et de Montreux, mais nous avons eu véritablement un coup de foudre immense pour l’Alzac Studio près de Montreux avec à sa tête Marc Champod dont je vous parle souvent dans la rubrique de « L’Alzac Studio ». J’apprécie beaucoup ce garçon qui fait un travail extraordinaire, avec qui je prends vraiment du plaisir à travailler. Il est consciencieux, perfectionniste, professionnel et j’en passe. Bref, c’est la personne avec qui je devais vivre cette expérience. Nous avons déjà travaillé sur plusieurs chansons comme dit déjà dans la rubrique. Il n’y a pas de date arrêtée à l’heure où je vous réponds pour la sortie de ce disque. Dès que j’en sais plus, je vous en informerai de toute manière (rires). Je veux prendre du plaisir à ce travail et y mettre tout mon cœur. L’album comprend une chanson nouvelle que j’ai entièrement composée pour l’occasion. Marc trouvait judicieux que cet album contienne une deuxième chanson inédite. Je suis sur l’écriture d’une nouvelle chanson. Elle a pour thème le bonheur. Il y a également une autre chanson, « Terre » qui parle de l’état actuel de notre monde. Il parle aussi d’un thème assez lourd dans notre époque qui est l’avortement. Cependant, je ne désire pas que ce titre soit mal perçu, car il n’a pas été écrit dans l’objectif de culpabiliser des femmes qui, désemparées, auraient eu recours à cette pratique, mais plutôt de dénoncer certains systèmes qui poussent à cette pratique, qui est, quoi que l’on en dise ou pense, cruelle. De quel droit la science (comprenant certainement des médecins et autres penseurs de notre siècle, également certains mouvements extrémistes pro-libertés…) se permet-elle d’affirmer qu’un embryon n’est pas un être humain avant tant de semaines ?. Au nom de qui, ou de quoi, osons-nous avancer de telles théories ? Cette pratique deviendrait-elle tolérable et légitime sous prétexte qu’on nous dit que cet embryon n’est pas humain ? C’est quoi alors ? La chanson ne parle pas que de cela, c’est juste un couplet, il parle aussi de la guerre, de la pédophilie, mais je sais que c’est un sujet sensible. Cette chanson est un défi lancé à notre monde (j’en fais entièrement partie) mais n’a pas été écrite pour culpabiliser qui que ce soit. La chanson dit : « Terre, regarde-toi, mais regarde-toi, jusqu’où tu iras. Terre, tu ne pourras pas, tu ne pourras pas, continuer comme ça ». J’ai écrit ce couplet dans  cette chanson dans les années 90 car j’ai vu lorsque j’étais plus jeune un film-reportage qui portait le nom « Le cri silencieux ». C’est un avortement filmé en fait. Cela m’a marqué profondément, alors sans vouloir culpabiliser les personnes qui en ont eu recours par manque de connaissance ou d’aide, j’ai écrit ce texte.

Mais sur cet album il y aura bien entendu d'autres chansons dont une très belle chanson qui s’intitule « Toutes ces vies » qui avait été interprétée par Sheila en 2002-2003, la chanson « L’amitié » de Françoise Hardy, « l’envie d’aimer » dans une nouvelle version, « Confidentiel », une très belle chanson interprétée par Jean-Jacques Goldman. Cependant les titres définitifs ne sont pas encore connus. La chanson « Changer » que je devais enregistrer en duo avec Laeticia sera enregistrée, mais ne se retrouvera pas sur le disque pour des problèmes de droits. Nous ferons un autre duo ensemble sur le disque. Mais vous en saurez plus dans quelques semaines sur ce site très certainement.

Etait annoncé également un concert à Paris – Bercy à Paris pour juillet 2006. Qu’en est-il ?

 

Je devais effectivement rejoindre un groupe en début d’année afin de préparer une prestation qui devait se donner à Paris-Bercy. Ce projet est tombé à l’eau, puisque, selon le producteur du groupe, la formation du groupe s’est quelque peu dissoute, mais des galas en fin d’année en Angleterre, qui étaient prévus avec la prestation de Bercy à Paris, sont toujours d’actualité. Mais je ne m’avance pas trop car je n’aimerais pas annoncé quelque chose qui n’aurait pas lieu ensuite. Je l’ai fait un peu rapidement l’autre fois pour Bercy, je n’aimerais pas faire la même erreur pour l’Angleterre. Donc, chaque chose arrive à point à qui sait attendre. Bercy a certes été annulé, mais d’autres concerts comme celui qui a eu lieu en juin à « L’école est finie » a été un moment inoubliable qui vaut tous les Bercy de Paris (rires). Ce fut tellement intense et profond. Le plaisir d’ être dans ces lieux, l’atmosphère qui y régnait, les 40 chansons interprétées… Cela restera un moment inoubliable. On peut quelques fois être un peu frustré lorsque les choses ne se déroulent pas toujours comme on vous le dit ou comme on le voudrait, mais si Bercy avait eu lieu, je n’aurais pas vécu non plus ce moment si intense à « l’Ecole est finie ». Il y a une parole que j’aime beaucoup dans la bible qui dit : Lorsqu’ une porte se ferme, Dieu ouvre une fenêtre. Et cette fenêtre inattendue m’a amené à vivre des moments vraiment uniques en présence de gens que j’aime profondément. L’émotion, l’intensité d’un moment, c’est ce à quoi j’aspire au plus profond de moi.

 

Tes projets musicaux pour les prochains mois ?

 

Je vais chanter à Morges en août prochain. Je travaille sur l’écriture d’une nouvelle chanson comme dit plus haut, j’ai des nouvelles reprises dont « Imagine » de John Lennon que je viens de faire à la guitare, et je vais travailler ces prochaines semaines à travailler sur des nouvelles reprises. Il y aura certainement la poursuite de l’enregistrement de mon disque, un grand projet personnel aussi qui va me prendre beaucoup de temps, les vacances avec mes enfants au mois d’août prochain et plein de projets dans le cœur et dans la tête. J’avance à petits pas, mais chaque pas est une expérience exceptionnelle pour moi, croyez-moi.


Propos recueillis par Valdete Seferi le 17 juillet 2006