•  
  •  

Ca y est, le nouveau disque de Patrick sera dans les bacs pour l'été. Il lancera son disque à La Neuveville le 21 juin prochain à l'occasion de la Fête de la Musique. En effet, il sera l'invité, avec ses enfants et ses nièces, de l' Ecole est finie. Avant cette date, découvrez - le à travers cette nouvelle interview dans laquelle il nous révèle quelques surprises concernant ce concert...

Accédez à la rubrique du CD single ! Vous pouvez également le commander via ce site internet !


 

Ton nouveau single « Ecris l’histoire » sort cet été. Content ? Sa sortie a été repoussée de quelques mois, pourquoi ?

Oh, aucune stratégie là-derrière (rires), mais il s’est trouvé que la date de sortie du single « Les yeux du cœur » était arrêtée exactement dans la même période que le single « Ecris l’histoire ». Je ne pouvais donc pas m’occuper de deux disques en parallèle, alors j’ai repoussé sa sortie, et j’ai vraiment bien fait, car j’ai pu me plonger pleinement dans ce projet, et ça a été passionnant.

La promotion du disque « Les yeux du cœur » est aujourd’hui terminée. Comment s’est-elle passée ? Tu t’es impliqué pour la première fois entièrement dans ce projet, de A à Z. Ce fut une première pour toi de t’impliquer de la sorte ?

 

Oui ce fut une première et ce fut très prenant, mais j’insiste,  vraiment très enrichissant. Au départ, plusieurs personnes devaient s’impliquer dans la préparation de ce single, et dans la promotion. Mais au final, je me suis vite retrouvé tout seul (rires) avec l’aide précieuse d’une fille que j’apprécie beaucoup, Isabelle Gaillet. Ensuite, nous avons été aidés dans la vente par plusieurs personnes comme Conradine Cattin, les magasins du Vully, La Fnac et beaucoup d’autres. J’ai investi beaucoup de temps dans l’élaboration d’une plaquette descriptive du projet courant 2007 afin de récolter les fonds nécessaires à la production du disque, puis, une fois les fonds trouvés,  je me suis mis à travailler sur le plan média pour la promotion du single, pour l’envoi du disque à la presse…

Comment s’est passé vos relations avec les médias justement, avez-vous eu beaucoup d’échos de la presse en générale ?

Oh oui nous avons bien été soutenus par le canton de Fribourg en général. Le quotidien La Liberté a publié un superbe article le jour de la sortie du disque. Des journalistes se sont même déplacés à Bellechasse afin de rencontrer personnellement les détenus qui avaient participé à l’enregistrement de la chanson. Radio Fribourg a également souligné l’événement dans l’une de ses émissions. Les journalistes de la radio se sont également déplacés à Bellechasse et ont interviewé un des détenus qui avait participé au disque, mais également le directeur de la prison, Monsieur Philippe Tharin, et moi-même. Le Freiburger Nachrichten a également publié, un jour après La Liberté, un bel article suite à une interview que je leur ai accordé par téléphone. Pour La Liberté et le Freiburger Nachrichten, nous étions en « accroche-couverture », et cette place d’honneur que ces deux quotidiens nous ont donnée nous a fait plaisir. Des manchettes de journaux nous ont même été consacrées un peu partout dans le canton. Le journal Le Lac a parlé de la fondation, la feuille d’avis d’Avenches et du Vully nous a même consacré sa Une. Il y a eu aussi le 20 minutes. La Broye Hebdo, journal vaudois, a fait un très joli article. Un article est paru également dans le journal Murtenbieter grâce à Conradine Cattin, qui a fait l’expérience de la persévérance face aux médias (rires).  La palme revient aux radios RFJ, RJB et RTN des cantons de Neuchâtel, Bienne et du Jura, qui nous ont consacré la plus belle émission avec des interviews (le directeur de la prison, Philippe Tharin ; un détenu et moi-même), avec, en prime,  la diffusion de la chanson Les yeux du cœur dans son intégralité et ce, malgré le fait que le disque ait été produit sur sol fribourgeois et que la fondation pour laquelle nous chantions est vaudoise. De plus, la distribution était assurée par des magasins et établissements qui ne se trouvaient pas dans ces trois cantons. Donc chapeau bas et merci pour ce qu’ils ont fait. C’est la raison pour laquelle j’ai désiré mettre en ligne cette interview sur ce site officiel.  Je les remercie beaucoup de leur engouement pour ce projet. Cette émission nous a ouvert des portes et nous a permis de nous faire connaître au-delà de notre canton fribourgeois.

La mutinerie qui a eu lieu aux Etablissements de Bellechasse  fin janvier 2008, a-t-elle été un handicap pour la promotion du disque ?

 
Nous attendions un soutien des cantons de Vaud (la fondation pour laquelle nous chantions était vaudoise) et Genève avec des journaux à grands tirages. Il faut être honnête, nous n’avons pas touché cette presse malgré le fait que nous l’aurions souhaité. Par contre, il est vrai qu’il était surprenant de voir avec quel empressement ces mêmes journalistes se sont déplacés concernant la mutinerie dont a été victime les Etablissements de Bellechasse, fin janvier 2008, un jour après la sortie du disque. C’était un peu dommage de réaliser que les événements négatifs ont meilleure presse que les positifs. Mais il n’y a rien de nouveau sous le soleil comme on dit, et je le savais déjà. Quelques rendez-vous ont été annulés avec la presse suite à cette mutinerie. Alors, pour répondre à votre question, oui, je pense que cette mutinerie a fait un peu d’ombre à la promotion du disque, mais il ne faut pas non plus dramatiser. Nous avons eu des belles émissions, de beaux papiers et je suis véritablement très satisfait de la couverture médiatique de la sortie de ce disque. Pour en revenir à cette mutinerie, au final, il s’est avéré que ce fut deux détenus, des leaders, qui faisaient pression sur d’autres détenus afin de faire une grève dans le but de revendiquer certaines choses dans l’organisation de la prison. Malgré le fait que ces détenus aient été entendus, ils avaient d’autres objectifs en tête, celui de revendiquer encore d’autres choses et de repousser encore les limites de plus en plus loin. Dans le même temps, la direction recevait des lettres de détenus disant qu’ils ne souhaitent pas cette grève mais qu’ils étaient menacés et contraints à la suivre. Sachant que des détenus étaient menacés, la direction, ouverte au dialogue, ne voulait cependant pas l’être sous la pression. De ce fait, une décision radicale a été prise. Les détenus, responsables de cette mutinerie, ont été transférés et dispersés aux quatre coins de la Suisse dans divers établissements pénitentiaires, et ce, en pleine nuit ! 

Sur le site internet, dans la promotion du disque, la TSR était mentionnée ? Or aucune émission à la TSR n’a présenté le disque !?

 

C’est vrai qu’un reportage devait se faire avec la TSR. Au final ça ne s’est pas fait, ça n’est pas bien grave. Du reste, on m’a dit que la directrice de la Fondation Ecole Romande de Chiens-Guides pour aveugles à Brenles dans le canton de Vaud, Madame Baroni, avait été invitée dans l’émission Dolce Vita présentée par Muriel Siki. Je l’ai malheureusement manquée, mais j’ai trouvé vraiment superbe que la TSR s’intéresse de plus près à cette fondation. J’ai même reçu des félicitations concernant la production du disque (Studio Alzac) de la part d’Alain Morisod qui a eu vent de notre action. J’ai trouvé la démarche très sympathique.

Revenons un instant sur ton nouveau single. Il sort donc mi-juin dans le commerce. Tu le lanceras à la fête de la musique à La Neuveville le 21 juin prochain ?

 

Oui je pense que je chanterai cette chanson à la fête de la musique à La Neuveville le 21 juin prochain. Je parlerai en tous les cas de sa sortie dans le commerce cet été. Cependant, c’est une coïncidence si le disque sort dans la même période que la fête de la musique. Je chante à La Neuveville par pur plaisir ! En tous les cas, mes enfants chanteront le deuxième titre du disque qui plait beaucoup aux personnes qui l’ont déjà découverte. Je veux parler de Confidentiel avec mes deux filles et mes deux nièces. Elles se préparent d’arrache-pied afin d’être prête pour le jour-j (rires). Cette version est vraiment touchante et la voix des enfants très très belles. Ils la chanteront en direct le 21 tous ensemble.

Peux-tu déjà nous révéler quelques indiscrétions sur le répertoire que tu vas chanter pour cette soirée du 21 juin 2008 ?

 

Oui bien entendu ! Je présenterai le single « Les yeux du cœur » et peut-être que je chanterai également ce titre lors de cette soirée, mais bien évidemment sans les détenus. Mais il y aura encore beaucoup d’autres surprises. Des duos multiples avec mes enfants justement. Chloé, Marine et Laura chanteront avec moi en duo sur des titres magnifiques. J’espère que le public présent sera ravi. En tous les cas, pour mon répertoire, il y aura 16 chansons et plus, anglo-saxonnes et françaises, que je n’ai encore jamais interprêtées publiquement. Donc, pour les personnes qui sont venus me voir par le passé, elles auront le plaisir de découvrir de nouvelles chansons. Il faut relever le fait que ce concert sera unique. Les enfants ne peuvent pas me suivre partout pour les chanter avec moi ! C’est pour cela que nous ne faisons qu’une seule date aussi, mais une date qui, je l'espère, sera magnifique ! En tous les cas, je me réjouis… Et puis, c’est la fête de la musique, alors chanter dans ce contexte me ravit plainement ! 

 

Y aura-t-il de la promo avec ce disque ?

 

C’est un disque d’été, donc peu de promo. Il sera envoyé aux médias de façon plus discrète que pour Les Yeux du cœur. Lorsque vous mettez sur le marché un disque, il faut un minimum d’efforts pour que les gens sachent qu’il y a un nouveau disque. Mais c’est aussi et surtout un disque promotionnel pour l’album à paraître l’année prochaine. Je mettrai d’avantage d’énergie pour l’album. Les singles, c’est un peu la cerise sur le gâteau, parce que j’aime les studios, que j’aime le disque et que j’en profite un maximum. Ecris l’histoire est en fait mon tout premier CD single qui porte mon nom. Les Yeux du cœur est sorti sous le nom des Détenus des Etablissements de Bellechasse et les anciennes productions dans lesquelles je chante sont sorties sous des noms de groupes différents : Eden, Déclic, Hymnos et Mélody. C’est aussi un grand plaisir de chanter avec mes enfants et mes nièces. Associer mes enfants à mes passions est aussi un magnifique privilège. Peut-être les inviterais-je à chanter d’autres chansons sur le prochain album, j’y songe.

 

Un autre disque est-il prévu avant la sortie de l’album l’année prochaine ?

 

Laissons déjà ce dernier disque faire son chemin. Ensuite on verra. Mais c’est vrai que j’aimerais bien sortir un autre single avec trois titres cette fois-ci. S’il sort, ça sera le dernier avant l’album. Il s’intitulera Toutes ces vies. J’entre en studio en juillet prochain pour l’enregistrer. Il y aura également le duo que j’ai enregistré avec Valdete Seferi En ton nom et un autre titre qui bouge un peu plus, Le blues de toi, une chanson de Gilbert Montagné dont j’ai interprété un titre en Tunisie en mai dernier.

Oui nous l’avons vu sur le site. Parle-nous un peu de ce mini-concert donné en Tunisie et pourquoi l’as-tu fait ?

 

Ca n’était pas prévu, mais quel plaisir de chanter dans un endroit comme celui-là. Contrairement à ce que je pensais, la population tunisienne parle assez bien le français et connait les chansons françaises. J’ai chanté quelques chansons anglo-saxonnes et quelques titres en français comme Bienvenue chez moi ou On va s’aimer. J’ai repris le tube des Beatles Imagine, le titre On se retrouvera de Francis Lalanne et puis j’ai chanté en duo avec Imen, une jeune fille tunisienne danseuse et chanteuse, que j’ai rencontrée là-bas. Nous avons chanté My heart will go on. Un moment magnifique pour moi !


Aurons-nous le privilège, après la Fête de la Musique, de te voir à d’autres occasions chanter ce répertoire ? On parle de quelques dates ?

 

Non, pas pour l’instant, rien est prévu. Mais il y aura encore d’autres occasions ! On m’a demandé si j’étais d’accord de venir chanter à Lausanne, ou encore dans le canton de Neuchâtel, mais aussi dans la ville de Payerne. Mais rien n’est arrêté pour l’instant. Je désire préparer un petit spectacle un jour. C’est un boulot monstre. Mais j’en ai envie et j’y pense. J’ai déjà fait des démarches par rapport à cela. Mais ça ne sera pas cette année, mais plutôt l’année prochaine, lors de la sortie de l’album.

 

Pour terminer, quels sont les chansons que tu écoutes en ce moment ?

 

En ce moment, j’aime beaucoup le duo d’Enrique Iglesias avec Nadya Laisse le destin l’emporter, mais aussi la chanson de la comédie musicale Cléopâtre Une femme d’aujourd’hui. Mais également Déclan Galbraith, une voix magnifique, Mariah Carey, et j’écoute également ces jours plusieurs versions d’ Amazing Grace avec Joan Baez (magnifique interprétation) et LeAnn Rimes, Victoria, Sean Kingston, Timbaland, Liz Mitchell (la chanteuse du groupe Bonney M), Withney Houston dont j’attends impatiemment le retour, Mario Vasquez, et beaucoup d’autres…

  

Et le dernier film que tu as vu ?

 

Indiana Jones, je suis un éternel enfant ! (rires).

 

Propos recueillis par Eric Geiser le 5 juin 2008, photos: Claude Gay et Marcel Surmont